Menu

CABINET D'EXPERTISE Alexis Marechal à Bordeaux
   
Estimation gratuite d'estampes anciennes
Expert en photographies anciennes et modernes
Expertise gratuite de livres anciens
Estimation tableaux abstraits et art contemporain
Estimation de mobilier et d'objets design
Estimation gratuite de tableaux impressionnistes et modernes
Expertise et Estimation gratuite de cartes géographiques anciennes
Estimation de Sculpture, de Bronze, de Marbre
Expert en livres anciens
Expert en tableaux anciens
Cabinet d'Expertise Alexis Maréchal
Estimation gratuite de photographies anciennes
Artexpertise.fr 1er site d'estimation gratuite de tableaux et peintures
Estimation gratuite de tableaux
Expertise et estimation gratuites de dessins anciens
Estimation de tableaux orientalistes
Estimation de livres anciens
Estimation de chambres photographiques, d'optiques et de daguerréotypes
Artexpertise.fr - 1er site d'estimation gratuite d'objets d'art en ligne
Expertise gratuite de tableaux
Expertise gratuite de dessins anciens
Smooth Multi-level Responsive Menu

Bernard Boutet de Monvel - Expertise et Estimation gratuite de votre tableau

Info : 1861- 1949

Fils du peintre et illustrateur pour enfants Louis-Maurice Boutet de Monvel (1850-1913), Bernard Boutet de Monvel grandit entre Paris et Nemours, et se destina à devenir peintre dès l’âge de seize ans. Il devint d’abord l’élève de Luc-Olivier Merson (1846-1920), dont il suivit les cours à partir de pâques 1897, avant d’étudier également la sculpture avec Jean Dampt (1854-1946), à partir de l’automne de cette même année.

À l’automne 1898, Louis McClellan Potter (1873-1912), un peintre américain lui aussi élève de Merson, l’initie à l’eau-forte. Bernard Boutet de Monvel, qui se lie à cette époque avec l’imprimeur et graveur Eugène Delâtre (1854-1938), se tourne alors vers l’eau-forte en couleurs au repérage, technique alors redécouverte et dont Bernard Boutet de Monvel en devient très vite un maître. Les premières eaux-fortes qu’il réalise, toujours d'après une huile sur toile, présentent, dans un format étiré évoquant l’œuvre de James Abbott McNeill Whistler (1834-1903), des proches — son frère Roger chez Maxim’s (L’Habitué, 1902) ou avec ses molosses (L’Homme aux chiens 1905), son ami Louis Potter (1900) - ou encore des humbles de Nemours et des bords du Loing (L’Éclusière, 1901 ; Les Haleurs, 1899 ; Le Chaland, 1899 ; La Péniche 1899…). La revue britannique The Studio consacre un article à ses eaux-fortes sous le titre « Colored Etching in France » dès 1901. Par la suite, ses eaux-fortes traiteront essentiellement des dandys du temps passé (Le Beau, 1906 ; Le Lion, 1907 ; La Merveilleuse, 1906 ; Les Hortensias, 1911…) et de la campagne des environs de Nemours à laquelle Bernard Boutet de Monvel est de plus en plus attaché (L’Heure du repos, 1908…). En 1912, l’Institut d'art de Chicago consacre une rétrospective à ses estampes en couleurs.

Parallèlement à cette activité d’aquafortiste, Bernard Boutet de Monvel pratique la peinture à l’huile, notamment comme portraitiste, et il commence à exposer au Salon de la Société nationale des beaux-arts dès 1903. Très vite, il envoie également des œuvres au Salon d’automne et au Salon des indépendants. À partir de 1907, alors que son talent est reconnu aussi bien en Europe qu’aux États-Unis, il envoie régulièrement des œuvres aux expositions du Carnegie Institute de Pittsburgh (Pennsylvanie). Sa matière, dans un premier temps tortueuse et brutale, traitée en pleines pâtes vivement colorées et cernées d’ombres bleu marine (La Boucherie, 1904) devient brusquement pointilliste en 1904, après un voyage d’étude à Florence18. La lumière se fait alors légère et vibrante, le motif se cerne d’un fin halo jaune pâle, la perspective disparaît et déjà, la droite, tracée à la règle, commence, çà et là, à faire son apparition (Rita del Erido, Salon de 1907 ; Le Sophora, vers 190720…).

Le Portrait que Bernard Boutet de Monvel envoie au Salon de la Société nationale des beaux-arts de 1908 — en fait un autoportrait le montrant dans la campagne de Nemours un jour d’orage et flanqué de deux lévriers — lui vaut la reconnaissance définitive de la critique et de ses pairs qui le nomment sociétaire de cette société.

Pourtant, Bernard Boutet de Monvel expose un an plus tard, en février 1909, un tableau manifeste intitulé Esquisse pour un portrait et pour la première fois entièrement travaillé à la règle et au compas. Cette vision géométrique d’un dandy place de la Concorde, qui fut peinte à l’automne 1908, et que Bernard Boutet de Monvel présente à Paris dans le cadre d’une exposition que lui consacre la galerie Devambez, ne manque pas de déchaîner la critique. On moque alors cette « peinture rectiligne », qui annonce pourtant les fondements de ce que sera plus tard la peinture Art déco, et accessoirement de ce qui est dorénavant, et sera jusqu’en 1926, la nouvelle manière de Bernard Boutet de Monvel. Sa pâte devient alors à nouveau ferme et solide ; sa palette se réduit à quelques gris, à quelques terres et à beaucoup de noir ; sa figure, toujours traitée en aplat, est saisie en contre-plongée afin d’en accentuer l’aspect monumental ; et surtout sa ligne désormais uniquement constituée de droites et d’arcs de cercle s’épure à l’extrême afin que la figure soit rigoureusement réduite à l’essentiel (Comte Pierre de Quinsonas, 1913 ; André Dunoyer de Segonzac, 1914 ; Jean-Louis Boussingault, 1914…).

Parallèlement à sa carrière de peintre et de graveur – et de manière plus alimentaire – Bernard Boutet de Monvel livre très régulièrement des dessins d’illustration humoristiques, et surtout des dessins de mode, à des revues comme Femina ou Jardin des modes nouvelles… Le couturier Paul Poiret, qui a très tôt admiré son talent, s’assure, dès 1908, la collaboration du peintre qui passe, en raison de sa grande beauté et pour son goût irréprochable, pour le prince des dandys parisiens. La rencontre de Bernard Boutet de Monvel avec l'éditeur Lucien Vogel, lors d’un vernissage de ses œuvres à la galerie Henri Barbazanges en 1911, sera à l’origine de sa collaboration très active à la Gazette du Bon Ton, dont le premier numéro parait à la Librairie centrale des beaux-arts en novembre 1912. Il y retrouve son cousin Pierre Brissaud, Georges Lepape, Charles Martin, George Barbier… Cette même année, il devient également collaborateur du Journal des dames et des modes, que relance Georges Barbier, Paul Poiret et Tommaso Antogini.

Il fait partie du cercle des Mortigny, fondé par Dimitri d'Osnobichine, en 190825, qui regroupe de nombreux artistes et habitués de la vie parisienne : Paul Poiret, Pierre Brissaud, Georges Villa, Guy Arnoux, Joë Hamman, Lucien-Victor Guirand de Scevola, Joseph Pinchon, André Warnod, Pierre Troisgros, Jean Routier, Henri Callot, Pierre Falize, Pierre Prunier, cercle qui fonctionne jusque dans les années 5026.

Lorsque la Première Guerre mondiale éclate, en août 1914, Bernard Boutet de Monvel est appelé comme réserviste, et blessé lors de la bataille de la Marne. Après un court passage dans le train, il intègre le 4e Groupe de bombardement comme bombardier. À la dissolution du 4e GB, en novembre 1915, il se fait affecter au Groupe de bombardement d’Orient (GBO), basé à Salonique, en Macédoine. En juin 1916, lorsque le GBO est dissout à son tour, il reste en Orient, et intègre une nouvelle escadrille, la C389. C’est alors qu’en septembre 1916, il réussit l’exploit de rallier avec son pilote Salonique à Bucarest, un haut fait d’armes qui lui vaut la reconnaissance, tant de la France que de la Roumanie. Durant l’hiver, il entreprend la création de l'album Les Mois de la guerre 1914-1918, qui ne sera finalement pas publié. Après plusieurs accidents d’avion et la disparition de plusieurs de ses pilotes, Bernard Boutet de Monvel, dont le courage fut maintes fois salué, quitte la Macédoine en juin 1917, décoré de la Légion d’honneur et de cinq citations. Il demande à être affecté au Maroc et s’installe à Fez, où est basé la 551e escadrille, en octobre 1917. À la demande du général Lyautey, qui était alors Résident général de France au Maroc, il reprend ses pinceaux qui n’avait plus touché depuis la déclaration de guerre. De sa terrasse, il peint la ville de Fez à toutes les heures du jour, dont les murs, à la matière solide qu’il maçonne au couteau et synthétise à l’extrême, deviennent une juxtaposition de rectangles que délimitent rigoureusement des segments de droites tracés à la règle. Mais de Fez, il peint également ses ruelles vides ou animées, ses mendiants, ses porteurs d’eaux, ses esclaves noires ou ses femmes en haïks, mais toujours comme un témoin respectueux qui jamais ne cherche à forcer l’intimité, à dévoiler le regard ou le corps. Il peint également Rabat, dont il capte en des toiles fortement imprégnées d’arrangement décoratifs, les femmes voilées de blanc et assises sur les terrasses des maisons. Au vaste aplat bleuté de la façade, qui occupe l’essentiel de la composition, répond alors leurs silhouettes compactes regroupées dans la moitié supérieure du tableau. Enfin, il peint Marrakech, dont il saisit essentiellement les processions d’ânes ou de chameaux devant les murailles, et les palmiers dont les feuillages s’inscrivent dans un cercle parfait tracé au compas. Démobilisé en mars 191928, Bernard Boutet de Monvel laisse en un an et demi une vision singulière et puissante du Maroc, loin des clichés orientalistes, des harems de pacotilles et des palettes criardes ; une vision s’attachant à dégager les lignes de force et les valeurs de cette architecture séculaire ; une vision n’ayant jusqu’alors pas d’égal et ayant, pour cette raison, profondément influencé son ami Jacques Majorelle, qui en reconnu le bien-fondé dix ans plus tard, en mars 1928, lorsqu’il confessa à La vigie marocaine : « Mais songez bien que mon erreur première a été de faire comme les autres : multiplier les couleurs. À la longue seulement je me suis parfaitement rendu compte que les divers ensembles de ce pays pouvaient être rendus par de simples valeurs. »

Ses peintures et ses bas-reliefs marocains, que Bernard Boutet de Monvel considéra toujours comme la plus belle partie de son œuvre, furent exposés en 1925 à la galerie Henri Barbazanges, sous le haut patronage du maréchal Lyautey. Le texte d’introduction au catalogue, que rédigèrent à cette occasion Jérôme et Jean Tharaud, s’achevait par ces mots : (« Du Maroc ») « Boutet de Monvel a fixé l’apparence d’un jour et de toujours juste au moment où cette profonde unité risque de disparaître ; à l’instant dramatique où la vieille cité d’islam commence à sentir peser sur elle la menace de notre civilisation. »

Le 25 avril 1921, il épouse l’héritière chilienne Delfina Edwards Bello (1896-1974), qu'il avait rencontrée à Biarritz. Elle pose régulièrement dans Vogue.

Lorsque Bernard Boutet de Monvel rentre à Paris, il reprend en premier lieu sa carrière de peintre, particulièrement de portraitiste des sportsmen et des dandys, qui avait fait sa célébrité avant-guerre. Il peint ainsi le Portrait du Prince Sixte de Bourbon-Parme (Salon de 1921) et le Portrait de Georges-Marie Haardt (1924). Il reprend également sa collaboration avec la Gazette du Bon Ton et avec plusieurs magazines de mode, dont Vogue, avant de travailler pour Harper's Bazaar en 1925, qui le prend sous contrat d’exclusivité de 1926 à 1933. Il illustre par ailleurs Général Bramble d’André Maurois (1920)36 et La Première Traversée du Sahara en automobile de Georges Marie-Haardt et Louis Haudouin-Dubreuil (1924). Enfin et surtout, il intègre, à la demande de Louis Süe, et ce dès sa création en 1919, La Compagnie des arts français37. Il participe ainsi à l’aménagement de l’hôtel parisien de Jean Patou (1923), de la villa de Jane Renouardt à Saint-Cloud (1924-1925) ; et décore pour son propre compte la salle à manger biarrote de Mme Jacques Edeline (1925).

Lorsqu'il peignait, il utilisait une méthode particulière, prenant d'abord en photo le paysage ou la personnalité dont il allait dresser le portrait et se retirait dans son atelier, travaillant à partir du cliché.

Info : 1861- 1949

Fils du peintre et illustrateur pour enfants Louis-Maurice Boutet de Monvel (1850-1913), Bernard Boutet de Monvel grandit entre Paris et Nemours, et se destina à devenir peintre dès l’âge de seize ans. Il devint d’abord l’élève de Luc-Olivier Merson (1846-1920), dont il suivit les cours à partir de pâques 1897, avant d’étudier également la sculpture avec Jean Dampt (1854-1946), à partir de l’automne de cette même année.

À l’automne 1898, Louis McClellan Potter (1873-1912), un peintre américain lui aussi élève de Merson, l’initie à l’eau-forte. Bernard Boutet de Monvel, qui se lie à cette époque avec l’imprimeur et graveur Eugène Delâtre (1854-1938), se tourne alors vers l’eau-forte en couleurs au repérage, technique alors redécouverte et dont Bernard Boutet de Monvel en devient très vite un maître. Les premières eaux-fortes qu’il réalise, toujours d'après une huile sur toile, présentent, dans un format étiré évoquant l’œuvre de James Abbott McNeill Whistler (1834-1903), des proches — son frère Roger chez Maxim’s (L’Habitué, 1902) ou avec ses molosses (L’Homme aux chiens 1905), son ami Louis Potter (1900) - ou encore des humbles de Nemours et des bords du Loing (L’Éclusière, 1901 ; Les Haleurs, 1899 ; Le Chaland, 1899 ; La Péniche 1899…). La revue britannique The Studio consacre un article à ses eaux-fortes sous le titre « Colored Etching in France » dès 1901. Par la suite, ses eaux-fortes traiteront essentiellement des dandys du temps passé (Le Beau, 1906 ; Le Lion, 1907 ; La Merveilleuse, 1906 ; Les Hortensias, 1911…) et de la campagne des environs de Nemours à laquelle Bernard Boutet de Monvel est de plus en plus attaché (L’Heure du repos, 1908…). En 1912, l’Institut d'art de Chicago consacre une rétrospective à ses estampes en couleurs.

Parallèlement à cette activité d’aquafortiste, Bernard Boutet de Monvel pratique la peinture à l’huile, notamment comme portraitiste, et il commence à exposer au Salon de la Société nationale des beaux-arts dès 1903. Très vite, il envoie également des œuvres au Salon d’automne et au Salon des indépendants. À partir de 1907, alors que son talent est reconnu aussi bien en Europe qu’aux États-Unis, il envoie régulièrement des œuvres aux expositions du Carnegie Institute de Pittsburgh (Pennsylvanie). Sa matière, dans un premier temps tortueuse et brutale, traitée en pleines pâtes vivement colorées et cernées d’ombres bleu marine (La Boucherie, 1904) devient brusquement pointilliste en 1904, après un voyage d’étude à Florence18. La lumière se fait alors légère et vibrante, le motif se cerne d’un fin halo jaune pâle, la perspective disparaît et déjà, la droite, tracée à la règle, commence, çà et là, à faire son apparition (Rita del Erido, Salon de 1907 ; Le Sophora, vers 190720…).

Le Portrait que Bernard Boutet de Monvel envoie au Salon de la Société nationale des beaux-arts de 1908 — en fait un autoportrait le montrant dans la campagne de Nemours un jour d’orage et flanqué de deux lévriers — lui vaut la reconnaissance définitive de la critique et de ses pairs qui le nomment sociétaire de cette société.

Pourtant, Bernard Boutet de Monvel expose un an plus tard, en février 1909, un tableau manifeste intitulé Esquisse pour un portrait et pour la première fois entièrement travaillé à la règle et au compas. Cette vision géométrique d’un dandy place de la Concorde, qui fut peinte à l’automne 1908, et que Bernard Boutet de Monvel présente à Paris dans le cadre d’une exposition que lui consacre la galerie Devambez, ne manque pas de déchaîner la critique. On moque alors cette « peinture rectiligne », qui annonce pourtant les fondements de ce que sera plus tard la peinture Art déco, et accessoirement de ce qui est dorénavant, et sera jusqu’en 1926, la nouvelle manière de Bernard Boutet de Monvel. Sa pâte devient alors à nouveau ferme et solide ; sa palette se réduit à quelques gris, à quelques terres et à beaucoup de noir ; sa figure, toujours traitée en aplat, est saisie en contre-plongée afin d’en accentuer l’aspect monumental ; et surtout sa ligne désormais uniquement constituée de droites et d’arcs de cercle s’épure à l’extrême afin que la figure soit rigoureusement réduite à l’essentiel (Comte Pierre de Quinsonas, 1913 ; André Dunoyer de Segonzac, 1914 ; Jean-Louis Boussingault, 1914…).

Parallèlement à sa carrière de peintre et de graveur – et de manière plus alimentaire – Bernard Boutet de Monvel livre très régulièrement des dessins d’illustration humoristiques, et surtout des dessins de mode, à des revues comme Femina ou Jardin des modes nouvelles… Le couturier Paul Poiret, qui a très tôt admiré son talent, s’assure, dès 1908, la collaboration du peintre qui passe, en raison de sa grande beauté et pour son goût irréprochable, pour le prince des dandys parisiens. La rencontre de Bernard Boutet de Monvel avec l'éditeur Lucien Vogel, lors d’un vernissage de ses œuvres à la galerie Henri Barbazanges en 1911, sera à l’origine de sa collaboration très active à la Gazette du Bon Ton, dont le premier numéro parait à la Librairie centrale des beaux-arts en novembre 1912. Il y retrouve son cousin Pierre Brissaud, Georges Lepape, Charles Martin, George Barbier… Cette même année, il devient également collaborateur du Journal des dames et des modes, que relance Georges Barbier, Paul Poiret et Tommaso Antogini.

Il fait partie du cercle des Mortigny, fondé par Dimitri d'Osnobichine, en 190825, qui regroupe de nombreux artistes et habitués de la vie parisienne : Paul Poiret, Pierre Brissaud, Georges Villa, Guy Arnoux, Joë Hamman, Lucien-Victor Guirand de Scevola, Joseph Pinchon, André Warnod, Pierre Troisgros, Jean Routier, Henri Callot, Pierre Falize, Pierre Prunier, cercle qui fonctionne jusque dans les années 5026.

Lorsque la Première Guerre mondiale éclate, en août 1914, Bernard Boutet de Monvel est appelé comme réserviste, et blessé lors de la bataille de la Marne. Après un court passage dans le train, il intègre le 4e Groupe de bombardement comme bombardier. À la dissolution du 4e GB, en novembre 1915, il se fait affecter au Groupe de bombardement d’Orient (GBO), basé à Salonique, en Macédoine. En juin 1916, lorsque le GBO est dissout à son tour, il reste en Orient, et intègre une nouvelle escadrille, la C389. C’est alors qu’en septembre 1916, il réussit l’exploit de rallier avec son pilote Salonique à Bucarest, un haut fait d’armes qui lui vaut la reconnaissance, tant de la France que de la Roumanie. Durant l’hiver, il entreprend la création de l'album Les Mois de la guerre 1914-1918, qui ne sera finalement pas publié. Après plusieurs accidents d’avion et la disparition de plusieurs de ses pilotes, Bernard Boutet de Monvel, dont le courage fut maintes fois salué, quitte la Macédoine en juin 1917, décoré de la Légion d’honneur et de cinq citations. Il demande à être affecté au Maroc et s’installe à Fez, où est basé la 551e escadrille, en octobre 1917. À la demande du général Lyautey, qui était alors Résident général de France au Maroc, il reprend ses pinceaux qui n’avait plus touché depuis la déclaration de guerre. De sa terrasse, il peint la ville de Fez à toutes les heures du jour, dont les murs, à la matière solide qu’il maçonne au couteau et synthétise à l’extrême, deviennent une juxtaposition de rectangles que délimitent rigoureusement des segments de droites tracés à la règle. Mais de Fez, il peint également ses ruelles vides ou animées, ses mendiants, ses porteurs d’eaux, ses esclaves noires ou ses femmes en haïks, mais toujours comme un témoin respectueux qui jamais ne cherche à forcer l’intimité, à dévoiler le regard ou le corps. Il peint également Rabat, dont il capte en des toiles fortement imprégnées d’arrangement décoratifs, les femmes voilées de blanc et assises sur les terrasses des maisons. Au vaste aplat bleuté de la façade, qui occupe l’essentiel de la composition, répond alors leurs silhouettes compactes regroupées dans la moitié supérieure du tableau. Enfin, il peint Marrakech, dont il saisit essentiellement les processions d’ânes ou de chameaux devant les murailles, et les palmiers dont les feuillages s’inscrivent dans un cercle parfait tracé au compas. Démobilisé en mars 191928, Bernard Boutet de Monvel laisse en un an et demi une vision singulière et puissante du Maroc, loin des clichés orientalistes, des harems de pacotilles et des palettes criardes ; une vision s’attachant à dégager les lignes de force et les valeurs de cette architecture séculaire ; une vision n’ayant jusqu’alors pas d’égal et ayant, pour cette raison, profondément influencé son ami Jacques Majorelle, qui en reconnu le bien-fondé dix ans plus tard, en mars 1928, lorsqu’il confessa à La vigie marocaine : « Mais songez bien que mon erreur première a été de faire comme les autres : multiplier les couleurs. À la longue seulement je me suis parfaitement rendu compte que les divers ensembles de ce pays pouvaient être rendus par de simples valeurs. »

Ses peintures et ses bas-reliefs marocains, que Bernard Boutet de Monvel considéra toujours comme la plus belle partie de son œuvre, furent exposés en 1925 à la galerie Henri Barbazanges, sous le haut patronage du maréchal Lyautey. Le texte d’introduction au catalogue, que rédigèrent à cette occasion Jérôme et Jean Tharaud, s’achevait par ces mots : (« Du Maroc ») « Boutet de Monvel a fixé l’apparence d’un jour et de toujours juste au moment où cette profonde unité risque de disparaître ; à l’instant dramatique où la vieille cité d’islam commence à sentir peser sur elle la menace de notre civilisation. »

Le 25 avril 1921, il épouse l’héritière chilienne Delfina Edwards Bello (1896-1974), qu'il avait rencontrée à Biarritz. Elle pose régulièrement dans Vogue.

Lorsque Bernard Boutet de Monvel rentre à Paris, il reprend en premier lieu sa carrière de peintre, particulièrement de portraitiste des sportsmen et des dandys, qui avait fait sa célébrité avant-guerre. Il peint ainsi le Portrait du Prince Sixte de Bourbon-Parme (Salon de 1921) et le Portrait de Georges-Marie Haardt (1924). Il reprend également sa collaboration avec la Gazette du Bon Ton et avec plusieurs magazines de mode, dont Vogue, avant de travailler pour Harper's Bazaar en 1925, qui le prend sous contrat d’exclusivité de 1926 à 1933. Il illustre par ailleurs Général Bramble d’André Maurois (1920)36 et La Première Traversée du Sahara en automobile de Georges Marie-Haardt et Louis Haudouin-Dubreuil (1924). Enfin et surtout, il intègre, à la demande de Louis Süe, et ce dès sa création en 1919, La Compagnie des arts français37. Il participe ainsi à l’aménagement de l’hôtel parisien de Jean Patou (1923), de la villa de Jane Renouardt à Saint-Cloud (1924-1925) ; et décore pour son propre compte la salle à manger biarrote de Mme Jacques Edeline (1925).

Lorsqu'il peignait, il utilisait une méthode particulière, prenant d'abord en photo le paysage ou la personnalité dont il allait dresser le portrait et se retirait dans son atelier, travaillant à partir du cliché.

• Vous possédez un tableau de Bernard Boutet de Monvel et cherchez à connaître la valeur des oeuvres de cet artiste ?

• Vous souhaitez vendre ou faitre estimer une peinture de Bernard Boutet de Monvel ?

• Bordeaux expertises et son équipe de spécialistes vous proposent une estimation gratuite de vos tableaux, dessins de Bernard Boutet de Monvel en toute confidentialité.  

• Après évaluation, nous vous proposerons une solution adaptée pour vendre vos tableaux et vos objets d’arts dans les meilleures conditions.

 

Comment faire estimer gratuitement une sculpture, un tableau contemporain ?



Quels sont les critères que les experts utilisent pour vous communiquer une estimation gratuite de votre oeuvre d'art ?

Voici quelques éléments nécessaires à l’estimation gratuite de vos tableaux et dessins anciens, antiquités, objets d’Asie, meubles anciens, livres et gravures etc ...

Présence d’une signature
La signature du peintre présente des analogies avec la présence de l’estampille dans l’ébénisterie et la menuiserie. Il faut attendre l’année 1743 pour que l’estampille se généralise sur les meubles. Dans la seconde moitié du XVIIIe siècle, selon les nouveaux règlements de la corporation, la marque individuelle de l’ébéniste doit figurer avec la marque collective de la corporation.

Jusqu’à la renaissance, les oeuvres sont souvent anonymes et il faut attendre la seconde moitié du XVIII ème siècle avec le développement du marché ainsi que la création des salons officiels de peinture et de sculpture pour voir apparaitre des oeuvres signées et datées. François Boucher ou Joseph Vernet, peintres à la mode  au 18 ème siècle utilisent leur nom pour valoriser leur travail. On assiste alors la construction d’une identité artistique par la présence d’une signature ou d’un monogramme.La forme cursive s’impose et se rapproche de la signature manuscrite de l’artiste. Parfois, avec la signature de l’artiste et la date on peut lire pinxit, delineavit, fecit, faciebat ou invenit.
Mais c’est au XIX ème siècle que la signature devient un élément essentiel d’appréciation de l’oeuvre en jouant un rôle dans l’évaluation financière et dans l’authentification.
Parfois dissimulées dans la composition, elle peut apparaitre sous forme d’un monogramme accompagné d’une date et d’une localisation.
La présence d’une signature ou d’un monogramme sur une toile ancienne, d’une estampille sur une commode ou un siège ne rend pas l’oeuvre authentique car rien n’est plus simple que d’imiter une signature ou une estampille; seul l’expérience et l’oeil d’un expert permet de déterminer si les marques et signatures sont authentiques.

Les dimensions de votre oeuvre
Les dimensions de votre tableau sont essentielles pour l’estimation de votre oeuvre; veuillez nous communiquer les dimensions « hors cadre » de votre peinture. Pour l’estimation d’une sculpture, veuillez nous communiquez la hauteur ainsi que la longueur du socle.

La description de votre oeuvre
Veuillez nous communiquer tous les éléments en votre possession concernant la provenance :
- Achat en vente aux enchères, chez un antiquaire,  succession, don…
- Le titre de l’oeuvre
- Les expertises déjà réalisées (assurance, héritage)
- Tous éléments susceptible de nous aider dans l’évaluation

Les photos de votre oeuvre
Pour permettre à nos experts de vous communiquer une estimation réaliste, quelques conseils pour prendre les photos de votre oeuvre :
- Prendre votre peinture, vitre sculture de face
- La signature en plan large
- Des détails de votre oeuvre.
- Le dos du tableau et toutes mentions manuscrites et étiquettes d’expositions.

Restaurations anciennes
L’état de conservation est un élément essentiel d’appréciation d’un tableau, d’une oeuvre d’art.
Il faut identifier les restaurations anciennes, les repeints. Il faut aussi s’assurer qu’il s’agit ou non de la toile d’origine (rentoilage, transposition etc).

Présence de vernis
Le vernis est en une résine naturelle transparente parfois teinté avec des pigments naturels. Auparavant, il était fabriqué à partir de résine naturelle et jouait un rôle esthétique et protecteur de l’oeuvre; il ravive les couleurs, accentue la profondeur et protège l’oeuvre des poussières, de la lumière excessive et des polluants.

Avec le temps, le vernis jaunie mais son rôle est essentiel dans la conservation des tableaux anciens
.

L'encadrement de l'oeuvre
Le cadre fait partie intégrante de la peinture, et il joue un rôle essentiel dans la mise en valeur de celle - ci.
Il permet également de protéger la peinture contre les dommages.
Les cadres anciens du 17 ème et du 18 ème sont sculptés et dorés. Au 19 ème, ils sont moulés et décorés d’éléments en stuc ou plâtre.


Comment sont déterminées les estimations de mes dessins et peintures contemporaines ?

Notre spécialiste va estimer votre photo en la comparant dans un premier temps à des oeuvres similaires déjà présentées et vendues dans une vente aux enchères en France.

Puis avec l’ensemble des éléments fournis (nom de l’artiste, présence d’une signature, dimensions de l’oeuvre, état de conservation), nous pourrons analyser votre tableau, votre peinture, votre objet d’art et sous 48h, vous recevrez par mail une première estimation gratuite de vos objets d’art et de collection.

Nos spécialistes ont bien évidemment une parfaite connaissance des mécanisme du marché de l’art


Dois-je me déplacer avec mon tableau ancien pour obtenir une estimation ?

Dans un premier temps, faites nous parvenir le formulaire d’estimation gratuite en ligne pour une évaluation confidentielle de vos tableaux et peintures anciennes dans les plus brefs délais.

Envoyez-nous vos photos à partir de votre ordinateur ou de votre téléphone.

Si vos photos sont trop nombreuses ou trop lourdes, envoyez nous directement votre demande en cliquant sur ce lien contact@art-estimation-bordeaux.com


Quel est le coût d'une estimation d’une peinture contemporaine, d'un dessin ancien ?

L’estimation de vos photos anciennes anciennes est totalement gratuite mais il ne vous sera délivré aucun document écrit.

Les valeurs communiquées sont donc indicatives et elles ne peuvent, en aucun cas, être reproduites, diffusées ou utilisées à toutes fins. D’autre part, cet avis est donné sous réserve d’une expertise visuelle des objets d’art concernés.

 

   Demande d'expertise gratuite  



Comment faire expertiser gratuitement un tableau contemporain ?



Pour confirmer l’estimation qui vous a été communiquée par mail par notre service d’estimation, il faut procéder à l’analyse visuelle de vos objets d’art.

• Comment notre expert réalise t’il l’expertise visuelle d’une œuvre d’art ?

L’expert qui sera en charge de l’estimation de vos objets d’art et de collection doit se munir d’outil comme une loupe éclairante, une lampe de Wood pour mettre en évidence une signature apocryphe, des restaurations anciennes, des repeints etc...  

D’autre part, l’expert doit aussi s’appuyer sur une documentation spécifique : catalogues raisonnés de chaque artiste, publications universitaires, travaux de recherches, catalogues de vente aux enchères. Parfois, un déplacement dans une fondation, dans une bibliothèque s’avère nécessaire pour consulter des ouvrages rares (Fonds patrimoniaux).  

Il peut également consulter les sources disponibles sur Internet sur les bases de données des musées nationaux, des galeries d’art ou des fondations étrangères.

• Dois-je me déplacer avec mon tableau, ma peinture ancienne pour faire procéder à une expertise ?

Nous pouvons vous recevoir chaque jour sur rendez-vous à notre bureau de Bordeaux situé 1 rue Ducau - 33000 Bordeaux (Tél. 05 56 48 01 80)  pour une expertise gratuite et confidentielle.

Si vous ne pouvez pas vous déplacer ou transporter les oeuvres concernées, nous pouvons nous charger du transport des oeuvres.

Nous pouvons également effectuer un déplacement à votre domicile (sous conditions).

• Comment faire authentifier mon tableau ou ma peinture ancienne  ?

Notre expérience du marché, la parfaite connaissance des procédures d’authentification nous permettent d’authentifier les oeuvres soumises et obtenir auprès des comités les certificats nécessaires à la mise en vente de vos tableaux, sculptures, antiquités asiatiques et objets d’art. 

N'hésitez pas à nous contacter afin de assister pour l'expertise et la mise en ventes de vos peintures, sculptures et objets de collection


 

   Demande d'estimation gratuite  



Comment vendre au meilleur prix un tableau, une peinture moderne ?


Correspondant de l'Etude TAJAN depuis 20 ans, Alexis Maréchal, expert en antiquites et objets d'art, se tient en permanence à votre disposition, pour expertiser gracieusement et en toute confidentialité les tableaux, sculptures, antiquites, objets d'arts et livres anciens que vous souhaitez vendre.

Assisté de l'équipe de commissaires-priseurs et d'experts de TAJAN, il vous propose un service d'estimation personnalisé dans une vingtaine de spécialités et peut répondre chaque jours à toutes vos demandes en utilisant le formulaire en ligne de demande d'estimation gratuite.

Après évaluation, nous pourrons vous proposer une solution adaptée pour vendre vos tableaux, vos antiquités et vos objets d'art dans les meilleures conditions.

• Première étape :
Demandez une estimation préalable de vos biens, d'après photographies.
Pour réaliser une estimation gratuite, veuillez utiliser le formulaire en ligne de demande d'estimation gratuite

Deuxième étape :
Dépôt des oeuvres pour expertise approfondie.
Si vous prenez la decision de nous confier à la ventes les objets estimés, une expertise visuelle s'impose, avant. Pour cela, il vous suffit de déposer les objets à notre bureau.

• Troisième étape :
Mise en vente aux enchères de votre objet d'art et de collection.
Une fois l'expertise réalisée, nous déterminons une date de vente, en fonction du calendier des ventes aux enchères à venir.

 

   Vente de vos tableaux  

 



LISTES DES PEINTRES ET SCULPTEURS QUE NOUS RECHERCHONS EN PERMANENCE :


Pablo Picasso, Henri Matisse, Emile Bernard, Paul Gauguin, Marc Chagall, Kees Van Dongen, Henri Le Sidaner, Maxime Maufra, Gustave Cariot, Paul Sérusier Armand Guillaumin Giovanni Segantini Celso Lagar Henri Moret, Paul Gauguin, Albert marquet, Maurice de Vlaminck, Henri Manguin, Maximilien Luce, Eugène Montezin, Slevinsky, Pierre Bonnard, Edouard Vuillard, Berthe Morisot, Eva Gonzales, Mary Cassatt, Gustave Caillebotte, Fréderic Bazille, Henri Edmond Cross, Edourd Manet, Georges Seurat,Camille Pissarro, Pierre Auguste Renoir, Alfred Sisley, Blanche Hoschedé Monet, Raoul Dufy, Maria Blanchard, Henri Martin,  Albert Gleizes, Metzinger, Georges Valmier, Joseph Casky, Chana Orloff, Charles Camoin, Kandinsky, de Chirico, Serge Charchoune, Kalmikoff, de Feure, Yves Tanguy, Toulouse Lautrec, Ibels, Steinlen, Valotton,  Maurice Denis, Jacques Villon, Marcel Duchamps, Eugène Boudin, Gustave Loiseau, Raoul Dufy, Foujita, henri Lebasque, Emile Bernard, Edouado Garrido, georges D'espagnat, victor Charreton Aristide Maillol  Louis Valtat, Survage, auguste Herbin, Max Ernst, victor Brauner, Achille Laugé , Edouard Cortès, Gallien Laloue, Juan Gris, Georges Braque, bernard Buffet, Alexandre Calder Moise Kisling, Georges Lapchine, Jean Gabriel Domergue, Marcel Gromaire, ferdinand Loyen du Puigaudeau, Roderic O'connor, Jean Emile Laboureur, Edy-Legrand, Louis Icart, Emilio Grau Sala, Henri Martin, Henri Manguin, Henri Lebasque Louis Valtat Olive, Peské, Georges Lacombe, Charles Lapicque, Yves Tanguy Geoges Lacombe Chmaroff  Le Corbusier Albert Gleizes Armand Seguin Toulouse Lautrec Maxime Maufra Ferdinand Hodler Ernest Bieler Felix Tobeen Roganneau Merodack jeanneau Marcel Beronneau André Lhôte Albert Marquet Gino Severini Wilfredo Lam Gustave Cariot Achille Laugé Henri Martin Paul Elie Ranson Edouard manet Auguste Renoir Edgar Degas Georges Braque Mary Cassat Henri Edmond Cross Alfred Sisley Georges Seurat Henri Le Sidaner Lucien Levy Dhurmer René Magritte André Maire Marcel Lenoir Charles Lacoste Louis Marcoussis Marin - Marie Henri Martin Henri Matisse Maxime Maufra Roberto Matta Gabriel Biessy Joan Miro Paula Modersohn Becker Georges de Monfreid Giorgio Morandi Gustave Moreau Berthe Morisot Gustave Adolphe Mossa Mela Muter Takanori Oguiss Constant Permeke Jean Peské Antoine Pevsner Francis Picabia Robert Pinchon Filippo de Pisis Camille Pissarro Armand Point Jean Pougny Léon Pourtou Maurice Prendergast René Princeteau Privat Livemont Ferdinand du Puigaudeau Jean Puy Oscar Rabine Jean François Raffaelli Armand Rassenfosse Odilon Redon Henri Regnault Joseph Rippl - Ronai Henri Rivière Georges Rouault Pierre RoyThé Van Rysselberghe Georges Sabbagh Key Sato Hugo Schreiber  Luong Xuan Nhi Le Phô Vu Cao Dam Mai Thu Nguyen Pham Chanh Nguyen Gia Tri Bui Xuan Phai Nguyen Sang Nguyen Tu Nghiem Nguyen Nan Son Chang Shuhong Giambatista Tiepolo Jean Dominique Ingres Andréa Del Sarto Jacques Louis David Jacques-Laurent Agasse John James Audubon Jacques Barraband  Jean-Baptiste Regnault Pierre Athanase Chauvin Anne-Louis Girodet de Roucy-Triosson François Marius Granet Achille Etna Michallon  Jacques Augustin Catherine Pajou Joseph-Marie Vien  François-André Vincent  François Gérard, Anne-Louis Girodet et Jean-Germain Drouais Hubert Robert  Pierre-Paul Prud'hon Pierre-Henri de Valenciennes Jean-Victor Bertin et Jean-Joseph-Xavier Bidauld Tischbein Jean-Germain Drouais Jean-Joseph Taillasson Charles-Paul Landon Dominique Vivant Denon Gavin Hamilton, Benjamin West, Raphaël Mengs  Angelica Kauffmann ...


copyright © Cabinet A.Marechal

- - - - - - - - - - - - - - -
Liste des artistes peintres et sculpteurs que nous recherchons en permanence :
POURQUOI FAIRE APPEL À NOS EXPERTS ?
• Une réponse immédiate à vos demandes.

• Une présence dans votre région.

• Un service d'expertise gratuit et personnalisé.

• La possibilité d'un déplacement à domicile.
LES + DE LA VENTE AUX ENCHÈRES
• Bénéficiez d'un important fichier de collectionneurs nationaux et internationaux, par spécialité.
• Vente en live auction et catalogue de vente en ligne sur interencheres.com, auction.fr et gazette-drouot.com.
• Rédaction et édition d'un catalogue de vente dans lequel vos oeuvres seront reproduites.
• Accompagnement juridique et fiscal inclus.
EXPERTISE GRATUITE
Expertise gratuite de vos oeuvres d'art
Cliquez ici !!!
FAITES APPEL À NOS EXPERTS
• Une réponse immédiate à vos demandes.
• Une présence dans votre région.
• Un service d'expertise gratuit et personnalisé.
• La possibilité d'un déplacement à domicile.
LES + DE LA VENTE AUX ENCHÈRES
• Bénéficiez d'un important fichier de collectionneurs nationaux et internationaux, par spécialité.
• Vente en live auction et catalogue de vente en ligne sur interencheres.com, auction.fr et gazette-drouot.com.
• Rédaction et édition d'un catalogue de vente dans lequel vos oeuvres seront reproduites.
• Accompagnement juridique et fiscal inclus.
EXPERTISE GRATUITE
Expertise gratuite de vos oeuvres d'art
Cliquez ici !!!

Estimation tableau Chu Teh Chun Estimation tableau Le Phô côte gratuite des peintres La cote gratuite des sculpteurs Expertise gratuite tableaux anciens France Estimation gratuite de mobilier et d'objets d'art du XXème cotation peintre expert livres anciens estimation gratuite tableau ancien estimation peinture Jacques Majorelle Armand Seguin Paul Sérusier Henri Le Sidaner Henri Fantin Latour Serge Poliakoff Felix Vallotton  expertise tableau ancien salles des ventes bordeaux  Estimation gratuite tableaux école de Bordeaux et Pays basque Evaluation livres anciens expertise tableaux Cote tableau et peinture dessins anciens expert antiquités expert en tableaux expert en livres anciens estimation gratuite livres anciens évaluation antiquités objets d'art estimation photographies anciennes gravures anciennes expertise collection de tableaux anciens expertise photographie ancienne expert photographie ancienne expertise art d’Asie tableaux orientalistes expertise gratuite antiquités France Estimation de mobilier design Cognac Auch Albi Clermont Ferrand Castres Rodez Royan Saint Etienne Saint Cloud Versailles Bayonne Sarlat Pau Brives Angoulème Niort Foix Laval Pamiers Tulle Cahors Montauban Bordeaux Biarritz La Rochelle Bayonne Agen Mont de Marsan Dax Tarbes Moulin Millau Auch Poitiers La Roche sur Yon Saint Cloud Saint Germain en Laye Versailles Saint Germain en Laye Levallois Perret Laval Angers Limoges Toulouse Carcassonne Clermont Ferrand Moulins Tours Angers Landes Dordogne Périgord Gironde Charente Maritime Lot et Garonne Haut de Seine Yvelines Orne Mayenne Eure Calvados Seine et marne Val de Marne Val d'Oise Maine et Loire Tarn et Garonne Yonne Mayenne Eure Estimation art d'Asie Chine Tibet Indochine Expertise sculpture marbre bronze Cotation gratuite des peintres France Estimation tableau Zao Wou Ki France Estimation peinture Nguyen Phan Chanh France Estimation peinture Mai Thu Estimation tableau Vu Cao Dam Estimation France Expertise tableau tableau impressionniste ou post - impressionniste Emile Friant  Jacques Majorelle  Henri Fantin Latour Felix Vallotton France Estimation mobilier Jean Michel Franck Blanche Hoschedé Monet Fréderic Bazille Louis Hayet Henri Lebasque Albert Lebourg Martial Raysse Yves Klein Joseph Marie Vien Francois André Vincent Auguste Renoir Berthe Morisot André Brasilier Paul Elie Ranson Armand Guillaumin Théophile Steinlen Francis Picabia Paul César Helleu Giovanni Boldini Emile Bernard Geer Van Velde Henri Martin Emile Boggio Georges Guyot Rembrandt Bugatti Henri Manguin Louis Valtat Felix Tobeen Alice Penalba Nicolas Tarkhoff Wolfgang Paalen Henry Moret Charles Angrand Le Corbusier Achille Laugé Gustave Cariot Moise Kisling Gustave Loiseau Maxime Maufra Jean Dupas Niki de Saint - Phalle Edgar Maxence Key Sato Paul Signac Jean Royère Line Vautrin Jean Dunand Paul Jouve Gustave Caillebotte Victor Brauner Pierre Soulage René Magritte Georges Lacombe Georges Seurat Edgar Degas Lucio Fontana Philippe Hiquily Carlo Bugatti Jean Hélion Felix Del Marle Sonia Delaunay Marie Laurencin Toulouse Lautrec Anne Louis Girodet Théodore Chassériau Pierre Bonnard Auguste Rodin Hans Hartung André Masson Kees Van Dongen Jacques Villon Emile Jourdan Sam Szafran Carlos Cruz Diez Suzanne Valadon Henri Emilien Rousseau Armand Guillaumin Yves Tanguy Gustave Moreau François Xavier Lalanne Odilon Redon Roberto Matta Pierre Alechinsky Simon Hantaï Marie Hélena Vieira Da Silva Gérard Schlosser Charles lacoste Joseph Sima Albert Marquet Victor Charreton Charles Camoin Raymond Duchamp Villon Bernard Boutet de Montvel Raymond Hains Jean Béraud Louis Anquetin Maurice Denis Maurice Estève Gaston Chaissac Roger Bissière Federico Zandomeneghi Takesada Matsutani Claude Viallat Toyen 

CABINET D'EXPERTISE Alexis Marechal - Experts en objets d'art et oeuvres d'exception - Tél. 05 56 48 01 80
CABINET D'EXPERTISE
Alexis Marechal
Experts en objets d'art et oeuvres d'exception
Tél : 05 56 48 01 80